Kim Jung « Genius » Gi au Bastille Design Center : Un grand maître du dessin à Paris 4


Kim-Jung-Gi-2016-P2051706

 

Souvenez-vous, au cours d’un article (en lien ici), j’avais déjà évoqué la venue sur Paris de cet auteur hors normes. A cette époque, j’avais pointé du doigt les conditions d’accueil d’une galerie parisienne qui avait sous estimé le potentiel de celui qui peut déplacer des foules à travers le monde pour le voir dessiner. Aujourd’hui, nous pouvons enfin nous féliciter de voir que certains professionnels sont capables de mettre des moyens décents à disposition de cet artiste exceptionnel. Évitant ainsi l’amateurisme, les organisateurs ont vu les choses exactement comme je l’avais décrit. Afin de nous permettre de comprendre le potentiel sans équivalent de cet artiste, la Galerie Daniel Maghen n’a pas hésité à louer un bel espace au sein de Paris. Au vue de la taille des dessins qui sont exposés, il n’en pouvait être autrement. Le Bastille Design Center est un endroit au cachet appréciable mais surtout bien plus agréable et spacieux qu’une galerie exigüe. Il n’en fallait pas moins pour révéler à la lumière les travaux de Kim Jung Gi.

 

Kim-Jung-Gi-2016-P2051523

 

Cette manière de mettre en adéquation de grands travaux, des performances en live et la possibilité d’acquérir ses livres n’était pas une chose inimaginable à organiser. Il fallait tout simplement comprendre « qui » Kim Gung Gi était. C’est un habitué des grands espaces qui lui permettent de se placer en « performer », et qui dans le même temps accorde à ceux qui l’observent un spectacle digne d’un opéra dédié aux arts du dessin. Sa capacité à dessiner en mode automatique vous met face à un individu qui survole son immense feuille avec virtuosité et sans effort apparent. A l’aide de son outil de prédilection à base d’encre de chine, il peut aussi bien détailler des parties mécaniques très fines que des visages expressifs sur des personnages dont les détails vestimentaires vous scotchent à la feuille.

 

Dès mon arrivée au sein de l’espace, une fan contemple ses livres avec les différentes dédicaces : « Heureuse mais ruinée ! » Voilà ce qu’elle lâchera en partant avec le sourire, les bras chargés de ces kilos de papier. Avec Kim Jung Gi, la notion de croquis prend tout son sens tant il en produit en quantité à la journée. Pour faire simple, prenez n’importe quelle activité comme marcher ou encore respirer, eh bien lui à chacune de vos inspirations il trace un trait. J’exagère à peine en vous indiquant que sa production est juste phénoménale. Outre le fait que son talent n’a pour le moment aucun équivalent connu, cet auteur de 40 ans seulement dessine comme il respire. Pas un seul moment on ne le verra sans crayon plus de 5 minutes, et l’épaisseur de ses livres témoigne à elle-seule du nombre de dessins qu’il est capable de produire en une année. Je ne sais pas s’il est nécessaire de spécifier qu’il cumule différentes activités, puisqu’il est capable de dessiner parallèlement des BD tout en pratiquant son art au quotidien.

 

Ne vous fiez pas à mes images du lieu, car le jour du vernissage le Bastille Design Center s’est littéralement gorgé d’une foule assoiffée de démonstration et de dessins spectaculaires. La performance artistique (ou Drawing Show) tient autant dans la production de l’œuvre que dans sa technique de réalisation. Un feutre pinceau à l’encre de chine et une feuille à taille variable, en fonction des endroits du monde où il se produit. Ensuite, il s’opère une succession de gestes incroyables, une capacité de construction de scènes rapides et une énergie à produire des dessins sans commune mesure avec tout ce que vous pourrez voir actuellement. Pour que vous puissiez réaliser le niveau de performance, je vous présente les images que j’ai prises ainsi que des vidéos officielles diffusées sur internet. Vous comprendrez aisément par la suite l’engouement croissant pour celui que j’ai baptisé « Kim Jung Génius Gi ». Le terme de Génie n’est absolument pas usurpé pour un homme qu’un bon nombre de professionnels considère comme le meilleur dessinateur du monde.

 

Kim-Jung-Gi-2016-o-P2051526

Kim-Jung-Gi-2016-P2051526Ci-dessous la vidéo de la performance

 

 

Kim-Jung-Gi-2016-P2051666Une vue d’ensemble pour comprendre l’ampleur de l’œuvre.

Kim-Jung-Gi-2016-P2051547 Kim-Jung-Gi-2016-P2051549 Kim-Jung-Gi-2016-P2051552

Kim-Jung-Gi-2016-P2051555Kim-Jung-Gi-2016-P2051557

Ci-dessous la vidéo de la performance

 

Kim-Jung-Gi-2016-P2051672

 

Je suis un habitué des salons, des séances de dédicaces et, en tant que pratiquant des arts, je connais bien toutes les techniques et facilités qui permettent de dessiner rapidement. Malheureusement, peu importe votre niveau d’expérience, rien de ce que vous savez ne vous servira pour comprendre comment on représente une scène en passant d’un personnage à un autre aussi aisément. La technique obéit à une logique que seul son auteur maitrise. Quand bien-même vous pourriez voir la succession des gestes qui crée l’émerveillement, au final vous resterez bouche bée en réalisant qu’il est capable de dessiner tout ce qui est possible d’être dessiné. De les composer avec une originalité et une finition que peu de gens au monde sont capables d’effectuer dans ses délais, à cet âge et sans avoir la main hésitante. Il est indéniable qu’il possède à la fois une mémoire photographique ainsi qu’une maitrise parfaite du geste artistique.

 

Kim-Jung-Gi-2016-P2051662Kim-Jung-Gi-2016-P2051674Kim-Jung-Gi-2016-P2051676Kim-Jung-Gi-2016-P2051585Kim-Jung-Gi-2016-P2051653Kim-Jung-Gi-2016-P2051635

Kim-Jung-Gi-2016-P2051637

Kim-Jung-Gi-2016-P2051595

Kim-Jung-Gi-2016-P2051634Kim-Jung-Gi-2016-P2051625Kim-Jung-Gi-2016-P2051629

 

Kim Jung Gi a fait son show dès le premier jour, en rappelant ce que j’avais écrit il y a longtemps ici. Un bon événement nécessite une tête d’affiche qui attire les foules. Ce n’était pas une exposition à laquelle nous avons assisté mais plutôt une sorte de cérémonie des arts pour les passionnés du trait, du geste et de la dextérité. On pourra facilement s’accommoder du terme Génie au nom de Kim Jung Gi, sans forcément passer pour des passionnés de dessin aveuglés par un talent spectaculaire. Il faut plus que du talent, du temps et de la maitrise pour générer ce genre d’images, et surtout être capable de changer d’identité graphique aussi facilement. Les planches de grandes dimensions n’ont pas le même tracé que les planches de BD, qui elles-mêmes sont différentes des petits croquis. Une variété de traits et des lignes justes, trop peut-être, au point que l’on en vienne à coller son nez à la vitre pour être certain de bien comprendre ce que l’on voit.

Dans ses derniers travaux, l’artiste a représenté une série d’images assez osées et inhabituelles pour le commun des mortels. Pour être honnête, je ne peux même pas les diffuser ici. Cependant, j’ai réussi à en trouver au moins une qui vous donnera une piste sur les poses abordées. Ce qui en soi n’est pas un mal et démontre à nouveau comment cet auteur jongle aussi bien avec son trait qu’avec la variété d’images qu’il est capable de dessiner. N’est-ce pas cela que l’on attendait tous depuis un moment ? Une personne dont l’habileté serait hypnotique, le talent indéfinissable et une forme de magie dans l’accomplissement de son œuvre.

 

Kim-Jung-Gi-2016-P2051607

 

J’étais heureux d’être présent à cet événement pour plusieurs raisons. La première c’est que mon expérience des vernissages m’a permis de l’éviter. Plus de 400 personnes dans un lieu comme le Bastille Design Center, c’est juste une déclaration d’amour à la promiscuité des heures de pointe. Les différentes photos présentes que vous pourrez voir en lien, en cliquant ici, vous donneront un aperçu du phénomène. Le lendemain en fin de journée, comme un bon amateur d’art, sans file d’attente ni foule, j’ai pu apprécier et vous ramener les images que vous voyez. J’ai eu l’occasion de voir, que loin des fans et des caméras, Kim Jung Gi est un homme humble et accessible malgré une longue et dure journée : le genre d’auteur à céder aux dédicaces avant l’heure ou encore à se prêter avec joie au jeu des photos. J’admets avoir positionné ma compagne à coté du génie pour figer le moment dans le cas où ça porterait chance, sait-on jamais. Rien qu’en l’approchant, j’ai cru ressentir une vibration dans les muscles de ma main droite comme pour m’indiquer qu’il était temps de rentrer pour dessiner dans mon atelier.  La barrière de la langue était gommée par la présence d’une aimable traductrice qu’il faudrait tout autant féliciter. On n’imagine pas en arrière-plan l’organisation qu’il faut pour créer ce type d’exposition où chacun se sent assez en confiance autant pour apprécier l’événement que pour passer à la caisse avec ses livres pour les plus modestes et des originaux pour les plus chanceux.

 

Kim-Jung-Gi-2016-P2051690

 

Kim Jung Gi reviendra en France à de nombreuses reprises. N’hésitez pas à consulter son site pour connaître ses prochains rendez-vous. A vous de voir si vous êtes prêt à manquer cette opportunité ou non.

 

Kim-Jung-Gi-2016-P2051682

Kim-Jung-Gi-2016-P2051694Observez le sourire de cette fan qui comprend avec quel trésor elle repart.

 

Un grand moment d’exposition parisienne qui permettra, une fois de plus, à la Galerie Daniel Maghen de rappeler qu’on n’ouvre pas une galerie d’art comme on ouvre une épicerie. Il était temps que cela se remarque aussi 😉


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

4 commentaires sur “Kim Jung « Genius » Gi au Bastille Design Center : Un grand maître du dessin à Paris