Le « Choc »… 2


jesuischarlie

 

C’est un mot qui revient jour après jour dans tous les médias. Il s’accompagne d’un sentiment et finit par créer une atmosphère inédite dans l’histoire de la France contemporaine. Le « Choc », celui qui bouleverse et alimente la peur pour nous amener doucement vers une société qui justifiera n’importe quelle mesure sur la base du principe de sécurité. Si les renseignements français décident de se mettre à l’heure américaine, les puces GPS de vos téléphones vont commencer à chauffer et les fichiers qui transitent dans nos portables seront soigneusement scannés par principe de précaution.

 

Nous naviguons en ce moment à vue, sans vraiment réaliser la portée d’un événement qui est déjà considéré comme historique. Pour les plus jeunes, comme les plus âgés, toute cette situation est comme une mauvaise saison de la série 24h qui se déroulerait en vitesse accélérée. Nous avons retenu nos souffles en apprenant au fur et à mesure les événements qui nous ont comme hypnotisé. Impossible de ne pas allumer sa télé toutes les heures. Impossible pour bon nombre d’entre nous de ne pas prendre position (chacun à sa manière) sans compter qu’une partie de notre population était sommée de se manifester.

 

Les reportages se sont enchainés. Les déclarations des plus farfelues aux plus dangereuses pour la sécurité de personnes impliquées ont généré des couacs qui auraient débouché sur de terribles finalités. J’ai, comme vous, regardé et nourri une profonde réflexion sur tout ce que nous venons de traverser et ce que nous allons rencontrer dans les années à venir. Pourtant, la seule idée qui me vient à l’esprit et que je peux partager avec vous sans tomber dans l’opportunisme ou l’agitation facile c’est le rôle des médias dans une période comme celle-ci.

 

J’ai entendu à de nombreuses reprises qu’il y aura un avant et un après. C’est mon souhait le plus profond. Je souhaiterais que les médias ne se jettent plus dans une course à l’info et traitent les sujets de société avec de vrais acteurs du changement au lieu d’inviter des polémistes sur leurs plateaux. Les médias étrangers qualifient très souvent les français de schizophrènes dans leurs agissements, j’aurais souhaité qu’ils perçoivent une presse responsable qui, au nom du scoop, ne passe pas des coups de fil à des terroristes pour obtenir des interviews spectacles. Se féliciter des chiffres d’audience quand la sécurité d’un territoire est menacée est la preuve ultime qu’il n’y a pas que des jeunes instrumentalisés à instruire. Il y a aussi des journalistes professionnels à recadrer pour éviter de révéler la position de personnes cachées lors d’une prise d’otages par exemple. Cliquez ici pour voir l’article en relation.

 

Si dans les premières heures des effluves racistes étaient déjà perceptibles sur les réseaux sociaux, il m’a paru étonnant d’entendre de la part de chaînes à forte audience que d’après un témoin :  « Deux grands blacks habillés de façon militaire étaient sortis, dont un avec un lance-roquettes » (différents journaux ont depuis changé le texte et mis à jour leur article en remplaçant les « deux blacks » par « deux hommes ». Google a conservé la mention dans les résultats de recherche liés aux événements) Mon étonnement était lié aux autres témoignages qui faisaient état « d’hommes portant des cagoules ». J’ai pu apprécier que le visage de la peur n’a pas changé depuis la décolonisation. Depuis l’affaire Mérah, certains pensaient que les spécialistes de l’information avaient appris quelque chose. Force est de constater qu’ils sont devenus des experts du sensationnalisme et de l’exploitation des images fortes en émotions. Si la peur est devenue si croissante ces derniers jours c’est aussi parcequ’à nouveau on catégorise des individus, on divise des français, on chante à tue-tête qu’il ne faut pas faire d’amalgames en montrant du doigt ceux que l’on estime comme responsables jusqu’à ce qu’ils prouvent le contraire.

 

Le grand rassemblement était beau, unique, historique et peu importe au final les slogans et les affiches. Nous verrons dans deux ans si nous assisterons à un nouvel épisode similaire à celui de 2002 ou à quelque chose d’encore plus inédit. La peur de l’étranger est bien assimilée, la peur de « l’autre » religion s’abreuve de symboles inquiétants, cependant il y a encore de la place pour d’autres frayeurs. Et ce n’est pas les habitants de Rouen qui infirmeront cette idée. Pour comprendre la référence, cliquez ici.

 

J’aimerais conclure ce texte loin du secteur de la créativité, en précisant simplement aux médias qui encensent le travail d’artiste des regrettés dessinateurs de Charlie Hebdo, n’hésitant pas à les qualifier de génie du dessin, qu’il était possible de voir les planches de Wolinski au salon d’automne. Salon gratuit que j’ai couvert l’an passé et qui m’a permis de voir les originaux de l’auteur. Je n’avais pas eu la chance d’assister à son allocution mais les organisateurs du salon ont rendu hommage à celui qui s’était engagé auprès des artistes pour leur assurer un peu plus de visibilité. J’aurais souhaité voir une rétrospective de Cabu dans un grand musée comme ce fut le cas pour Crumb par exemple. Mais apparemment cet autre Génie au 35 000 dessins devait surement être sur une liste d’attente où Jeff Koons était en tête de liste. Comprenez que parfois la virtuosité doit laisser place aux Génies de la finance qui ont su transformer le plastique en or.

Rien à ajouter

  • 14
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

2 commentaires sur “Le « Choc »…