Concevoir : Pourquoi la beauté et le design sont les clés de la réussite.   Mise à jour récente !


Les éditions Pyramyd vous présentent un nouvel ensemble d’ouvrages qui font partie d’une collection nommée : les « Do Books ». Ils sont au nombre de 4 à ce jour, et chacun d’entre eux vous propose une lecture inspirante sur une thématique donnée. Respirer, Donner du sens, Concevoir ou encore Improviser, des verbes qui laissent présager de bonnes pistes de réflexion.

 

 

Et c’est justement le cas, pour notre plus grand plaisir. Le temps de lecture nécessaire vous permettra d’en lire au minimum deux dans une journée. Et je ne peux que vous conseiller de vous les procurer tous très rapidement, pour une raison assez simple : ils sont accessibles (10 euros), ils sont inspirants mais surtout très complémentaires.

 

Un livre enthousiasmant pour apprendre à travailler avec plus de sens

 

Concevoir : Pourquoi la beauté et le design sont les clés de la réussite est un livre optimiste et très simple à aborder. Il est tellement juste que je vous en parle pour confirmer un propos que partage bon nombre de créateurs. A savoir, l’importance de mettre une énergie positive dans tout acte de création. Et surtout de visualiser la créativité comme un acte militant. Le militantisme ici tient pour beaucoup au fait de s’investir à enrichir le monde de belles créations inspirantes.

Bien que la beauté soit subjective, on comprendra rapidement pourquoi l’auteur nous en fait l’éloge. Dans un monde où des facilités techniques cherchent à mettre en compétition l’homme et la machine dans la production d’œuvres d’art, il est bon de rappeler ici l’importance du geste, la notion d’implication sur la durée ou bien encore le goût pour le travail bien fait. Cela apparaitra peut-être comme anachronique pour certains, mais de nombreuses personnes sont encore sensibles à un idéal de beauté. Qu’elle soit dans la pratique d’un art ou dans la réalisation d’une pièce, la beauté nous guide vers plus de perfectionnement et de justesse. On ne s’étonnera donc pas de lire comment Alan Moore décrit l’importance de s’y attarder.

Le plan du livre s’établit en 8 parties :

 

_ La beauté

_ L’art et la manière

_ L’état d’esprit

_ Le processus

_ Quatorze exercices pour créer une beauté

_ Persévérer

_ Connecter

_ Projeter

 

L’ouvrage s’organise par le biais d’une structure simple. Le tout dans une densité très contenue, puisqu’il fait une centaine de pages. L’auteur introduit son idée par un petit paragraphe, qu’il développe par la suite sur une ou deux pages. Le but étant de lancer à chaque fois une réflexion et de ne pas s’étendre pendant des pages sur la même idée.

 

 

 

Dans sont texte sur Les racines du Design, Alan Moore écrit :

 

« En revenant aux racines de la création, de la fabrication et de l’artisanat, nous pourrions faire un monde meilleur. »

 

Dans celui sur La grande profondeur de champ de la vérité, il développe cette idée : 

 

« L’observation est la clé. Plus important encore, c’est une pratique intuitive : en supprimant la distance entre sujet et observateur, l’empathie nous dote d’une immense profondeur de champ. Celle-ci nous permet alors de créer des œuvres d’une grande vérité et d’une grande beauté. »

 

Améliorer son processus créatif par l’analyse et l’observation

 

Comme on pouvait s’y attendre la notion d’observation revient constamment. C’est pourquoi l’auteur en parle aussi dans ces quatorze exercices pour créer une beauté. Par ailleurs, ces derniers sont à prendre plus comme des conseils que des exercices à proprement parler. On ne vous donnera pas de notices explicatives sur une tâche à effectuer. Il n’empêche que ces directions sont bonnes et concrètes. Si vous êtes un professionnel aguerri, vous pourrez toujours voir si vous les faites toutes au quotidien. Un créateur en initiation y trouvera son compte à travers une vision synthétique de tâches à effectuer. 

 

N’allez surtout pas croire que l’ouvrage Concevoir est une forme de pamphlet de Designer contre la laideur. Il vous invite au contraire à remarquer à travers différentes idées et histoires comment la beauté s’impose d’elle-même. A partir du moment où vous travaillez avec sincérité, les gestes ne sont pas inutiles. Le temps passé à la réalisation de votre projet n’est plus une contrainte. Et surtout, le résultat de votre labeur sera le reflet d’une volonté. Si vous travaillez avec force, justesse et application, la beauté se montrera par le biais du sens de votre création.

 

Intégrer la beauté pour donner plus de sens à ce que nous produisons

 

Nous sommes des êtres humains, nous utilisons nos cinq sens. Ce que nous appelons qualité perçue dans le Design est une forme de justesse qui induit aussi une beauté technique. L’expression « la beauté du geste » parle d’un équilibre entre intention et production. Si ce que vous produisez n’a aucun sens, peu importe sa qualité c’est une forme de laideur qui en sortira. Et c’est en partie le propos d’Alan Moore. Il faut se focaliser sur nos disciplines et leur essence avant de se concentrer sur l’argent que nous pourrions tirer de nos oeuvres. La beauté doit être intégrée dans notre mode de vie. De cette manière nos intentions seront alors plus nobles et nos productions plus riches. Pour en savoir plus sur l’auteur, une interview est disponible sur le site des éditions Pyramyd. N’hésitez pas à aller la lire en cliquant ici.

 

Conclusion

 

Concevoir est une lecture simple, agréable qui vous donnera envie de lire la série complète. C’est pour cela que je vous conseille de commencer par celui-ci, afin de lire « Improviser  » par la suite. D’ailleurs, vous pourrez lire bientôt la critique ici-même. Concevoir est une lecture à prendre comme un recueil complémentaire au développement créatif. Bien que le propos soit concentré sur le thème de la beauté, tout vous invite à créer quelque chose de remarquable. Si je me permettais un écart, je vous avouerais que je l’imposerais à lire aux étudiant des Beaux-Arts. Parce qu’il y a dans ce livre des évidences frappantes et dérangeantes qui vous pousseront à vous poser des questions en fin de lecture.

Comme par exemple, les artistes et créateurs d’aujourd’hui sont-ils toujours connectés avec notre société ? Est-ce que les auteurs sont amenés à étudier les arts sous l’angle de la beauté ? Ou sont-ils initiés à déranger, voire perturber nos sens car ils sont incapables de se hisser au niveau des maîtres classiques ? Vous l’aurez compris, ce petit livre, au-delà de son invitation à créer, nous renvoie sur des interrogations quotidiennes. Est-ce que les créatifs peuvent encore produire de belles oeuvres qui s’inscrivent dans le temps ? Où sont-ils simplement devenus des « disrupteurs » qui s’enivrent uniquement de la beauté du buzz qu’ils génèrent ?

Ne réfléchissez pas trop et empressez-vous de lire cet ouvrage, le monde attend vos « belles » créations 😉

 

 

Voici d'autres articles qui pourraient vous intéresser

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.