Atelier de moulage du Louvre et des musées de France


Cette semaine, j’ai eu la chance de pouvoir me rendre au sein de l’atelier de moulage de la réunion des musées nationaux. L’atelier est situé dans la ville de Saint-Denis et partage des locaux avec une entreprise de vente bien connue. Une fois l’étonnement passé, on accède rapidement à la salle d’accueil qui vous met dans une toute autre ambiance. Et pour bien la comprendre, une image vaut mille mots.

 

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154585

 

Créé en 1794 (2 ans après la création du Louvre), l’atelier avait pour but de réaliser des reproductions pour les musées et les écoles d’art. De nos jours, l’atelier contribue surtout à diffuser l’art et permet à chacun de s’offrir une reproduction d’œuvre historique.

 

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154565

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154567

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154588

 

Ainsi, comme vous pouvez le voir sur l’image, quelques pièces sont mises en exposition. Cela vous montre un aperçu des capacités de production de l’atelier. Au premier coup d’œil, on reconnaît une pièce plus que les autres. Les parisiens la connaissent, en tout cas ceux qui n’ont pas le nez rivé sur leur portable : L’esclave mourant de Michel Ange dont l’original est visible au Louvre. Sa reproduction est présente sur le quai de la station du même nom.

 

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154556

 

Cette sculpture que l’on peut apercevoir sur le quai de la station Louvre Rivoli est une manière simple de comprendre comment nous sommes entourés d’art. Que ce soit des reproductions sur un quai comme ici ou des originaux au sein de la ville, la sculpture est partout autour de nous.

 

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154761

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154759 

Parfois, la meilleure manière de sauvegarder un patrimoine c’est de le reproduire. Pour cela, il faut des professionnels et des compétences centenaires qui permettent de le faire. Voilà exactement ce que vous propose cet atelier. Une sorte de voyage dans le temps, où il est possible de comprendre en quelques heures l’importance de conserver des moules et le savoir-faire qui en découle. Cet autre Michel Ange, à droite de l’image, est un Bacchus dont l’original est à Florence.

 

atelier-de-moulage-P6154574

 

Le Stockage des pièces

 

Tous les espaces vides de l’atelier sont mis à contribution pour stocker des pièces. On se laissera facilement séduire par les patines qui nous font oublier qu’il s’agit de copies. Les détails sont si parfaitement maitrisés que l’on s’étonne du degré de définition que l’on peut obtenir avec des techniques traditionnelles. D’ailleurs, l’atelier n’est pas réfractaire aux nouvelles technologies. Mais pour le moment, les méthodes utilisées depuis la création des lieux sont sans équivalent. La numérisation est donc réservée aux pièces trop fragiles pour des prises d’empreintes classiques.

 

atelier-de-moulage-P6154610

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154598 

L’atelier de moulage

 

L’atelier consacré à la réalisation des moulages est un immense espace où la lumière est reine. Les extracteurs de poussière tout comme l’état du sol sont les indicateurs du travail de ponçage nécessaire à l’obtention d’un moulage de qualité. La finition manuelle qui permet de supprimer les « coutures » par exemple est essentielle pour garantir un résultat professionnel. Ce que l’on nomme ainsi ce sont les marques laissées par les moules une fois le plâtre coulé. Plus vous avez de pièces dans votre moule et plus vous avez de lignes à faire disparaître sur un tirage. C’est justement ce savoir-faire qui participe au degré de technicité des réalisations de l’atelier.

 

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154669 

Les éclairages additionnels ne sont pas de trop dans ce type de profession. Rien ne doit échapper aux yeux des professionnels qui ont la responsabilité de réaliser une copie fidèle, jusqu’à dans ses imperfections.

 

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154638_b

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154652 

C’est en s’approchant des moulages que l’on peut voir la précision de l’exécution. L’objectif étant d’être au plus proche de l’œuvre originale. Chaque aspérité et chaque marque du temps est reproduite au détail près.

 

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154644

 

Si une partie seulement de cet espace est accessible au public, on peut apercevoir de l’autre coté de la pièce, les nombreux moules en attente et les tirages qui s’accumulent sur les étagères.

 
atelier-de-moulage-du-louvre-P6154642 

La zone de stockage des moules : un patrimoine historique

 

A l’étage, c’est une toute autre vision qui s’offre à nous. Des centaines de moules qui s’accumulent à perte de vue nous donnent cette sensation de voir un décor digne d’une séquence d’Indiana Jones. En observant attentivement les moules, on peut y voir nombre de détails techniques. De ceux que vous notez pour les utiliser plus tard sur vos propres productions. Et surtout, on remarquera le nombre impressionnant de pièces composant les moules. Avec, par exemple, le moule d’un vase qui se composait de 180 pièces. Ce qui en soit n’est pas le nombre le plus élevé que l’on peut rencontrer. Puisqu’il est possible de trouver des moules jusqu’à 600 pièces… Les mouleurs professionnels comprendront facilement la charge de travail que cela implique pour reproduire une œuvre à partir d’un tel puzzle.

 

atelier-de-moulage-P6154682 

Le moule ci-dessous vous permet d’avoir une idée de l’ancienne méthode qui consistait à réaliser un moule en plâtre. Le chiffre de 180 indique, quant à lui, le nombre de pièces qui le compose.

 

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154687 

Voici un exemple de réalisation qui, dans la forme et ses proportions, correspond au type de moule présenté plus haut.

 

atelier-de-moulage-P6154681

 

Le moule, un outil pour comprendre les origines d’une œuvre

 

Les deux sculptures jumelles ci-dessous ne le sont pas vraiment. Il arrivait parfois que les sculptures soient retouchées en fonction du goût des époques. Si aujourd’hui cela ne se fait plus, (qui oserait retoucher une victoire de Samothrace ?) c’était le cas il y a quelques siècles de cela. Ce qui nous amène parfois à rencontrer, comme ici, des sculptures qui présentent des différences notables. C’est ainsi que cette Vénus d’Arles existe dans une version retouchée (sous Louis XIV) à plusieurs endroits. Les modifications effectuées par le sculpteur François Girardon ont dans un premier temps offert des bras puis d’autres attributs à cette sculpture.

Le moulage de l’œuvre originale, qui était en fragments à l’époque de sa découverte, autorise aujourd’hui les chercheurs à continuer de s’interroger sur sa forme initiale. Sur ce type de reproduction, on peut alors constater l’intérêt du moule. Puisqu’il a pour rôle premier de conserver une trace historique. Ensuite, il révèle des particularités historiques. A savoir, comment on pouvait modifier des œuvres en fonction des désirs d’un roi, par exemple. Pour en savoir plus sur son histoire, cliquez-ici.

 

atelier-de-moulage-du-louvre-P6154690

 

De nombreuses reproductions en attente de leur future destination jalonnent le parcours et nous offrent un aperçu des moules que possède l’atelier. En partant du principe qu’il y en a plusieurs milliers, cela vous donne une idée des trésors qui se répartissent sur les étagères.

 

atelier-de-moulage-P6154695

 

L’atelier dédié à la patine : dernière étape du travail de reproduction

 

La dernière partie de la visite nous donne accès à l’atelier réservé à la patine. Il était possible d’interagir avec la spécialiste (comme dans les autres ateliers) qui commençait justement à patiner une sculpture en plâtre. On pouvait constater que le geste sûr et l’expérience lui autorisaient à travailler sans opérer d’essais au préalable. L’atelier en lui-même est une ode à la patine avec toutes les nuances exposées au mur. Elles permettent ainsi de constater qu’il est possible d’effectuer un nombre important de teintes. Et cela par l’intermédiaire de pigments.

 

atelier-de-moulage-P6154711

atelier-de-moulage-P6154715

 

L’atelier dédié à la patine nous offre aussi un moment unique. Celui où le savoir-faire de la spécialiste donne son aspect définitif à la pièce.

 

atelier-de-moulage-P6154720

 

Conclusion

 

C’est une visite que je conseille à tous les passionnés d’art et de sculpture. Un moment d’émerveillement et de fascination pour des pratiques historiques. Comment rester insensible à cet environnement où la répétition de gestes permet de transmettre un patrimoine artistique à travers le monde. La clientèle variée de l’atelier s’étend du particulier aux écoles d’art chinoises. Nul doute que toute cette démarche contribue au rayonnement des arts français et européens. Affichant ainsi fièrement des références dans des contrées où elles seront parfaitement exploitées.

 

Si vous souhaitez en savoir plus et rentrer un peu plus dans le vif du sujet, je ne peux que vous conseiller de regarder ce reportage sur l’atelier. Vous pourrez alors comprendre toutes les étapes et les implications de la fabrication d’un moule. Et ainsi en découvrir toujours plus sur cet endroit exceptionnel.

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.