Salon Mac Paris 2014 10


 

L’année dernière, au cours du mois de novembre, je me suis rendu au salon Mac Paris 2014. Au cours de ce salon, j’ai pu voir à nouveaux certains artistes dont j’avais déjà parlé lors de ma première venue en 2013. Vous pouvez toujours consulter l’article dédié à cette édition en cliquant ici pour découvrir leurs œuvres. L’avantage du salon pour moi cette année résidait dans l’opportunité d’approcher enfin les personnes dont j’avais présenté le travail l’an passé et obtenir des informations complémentaires sur leur démarche créative.

 

Si vous ne le saviez pas encore, je ne rencontre pas toujours les auteurs car ils peuvent être absents de leur stand lors de mon passage. Cela ne m’empêche pas de délivrer mon point de vue et mon sentiment sur leur travail. Je crois même que, dans certains cas de figure, leur absence est préférable car elle n’influence pas mon jugement. De plus, j’aime découvrir par moi-même le (ou les) message(s) qu’ils souhaitent transmettre sans guide ou diverses théories.

 

L’une des plus grandes difficultés à laquelle je suis confronté avec les visites des salons qui s’enchainent c’est d’en tirer l’essentiel, un sentiment ou une image qui serait susceptible d’éveiller quelque chose de différent vis-à-vis des autres. Quand j’ai effectué ma visite de Mac Paris, je sortais d’une précédente visite d’un autre salon parisien bien connu. Après plus de 2500 œuvres dans la tête, l’impression de déjà-vu est une sensation assez inconfortable. Cependant, j’ai gardé l’œil ouvert et je pense avoir su entrevoir quelques nouveaux talents parmi déjà une belle sélection qui mériterait chaque année d’obtenir plus de visibilité.

 

 

Cette année, j’ai enfin pu rencontrer Jae Woo Park qui, comme je le pensais, est à la hauteur de ses peintures. Accessible, humble et capable de vous transmettre sa passion de la peinture en quelques mots. Ses toiles ici présentes ne nécessitent pas de grandes descriptions car elles possèdent ce cachet qui nous procure l’impression de voir des moments clés d’une vie qui pourrait être la nôtre. Entre l’impression d’un souvenir ou la sensation de voir un album photo, on se retrouve happé par ces images de grande qualité. Un peintre de plus à suivre et dont l’acharnement à travailler sur la durée pour obtenir la plus juste des toiles mériterait à lui seul un article tout entier.

 

salon-mac-paris-PB288950

salon-mac-paris-PB288948

salon-mac-paris-PB288949

 

Dans un tout autre genre, j’ai particulièrement apprécié Tatiana Samoilova. Le travail de cette artiste possède un trait de dessin et des symboles qui m’ont évoqué le monde du tatouage. Malgré le fait que la majorité de son œuvre se décline sur papier, elle est capable de développer son art sous différentes formes. Du simple dessin à la sculpture, elle nous propose un univers poétique avec parfois un trait d’humour qui n’est pas sans nous apporter un peu de fraîcheur dans un environnement où réside souvent un grand nombre d’œuvres d’art stéréotypées.

 

salon-mac-paris-PB288930

salon-mac-paris-PB288938

 

L’une des choses à laquelle je fais le plus attention quand je parcours les allées des salons c’est aussi cette capacité qu’ont les artistes de respecter une cohérence graphique. Cet équilibre (faut-il le rappeler ?) autant dans le style que la présentation est primordial dans une manifestation artistique. Il vous assure de pouvoir retenir le spectateur qu’il soit amateur ou professionnel. Vous pouvez croire que c’est un acquis universel, mais croyez-moi ce n’est pas le cas pour tous. Ici, j’ai apprécié de voir des dessins qui se répondaient les uns avec les autres et surtout une identité graphique dont le trait de crayon était homogène sur l’ensemble des œuvres.

 

salon-mac-paris-PB288932

 

Certains dessins étaient parfaitement encadrés et répondaient à une norme classique de présentation. Cependant, vous noterez quand même que certaines illustrations se voient agrémentées de détails pour les enrichir. Dans un dessin par exemple, il y avait un clin d’œil aux œuvres mobiles en papier que l’on peut articuler en saisissant un fil pour bouger certaines parties de l’œuvre. La démarche qui consiste à privilégier un tracé fin en limitant les nuances, et insister sur des zones en les colorisant en rouge, donne à mon sens une touche intéressante qui une fois appliquée à l’ensemble de son œuvre devient essentielle.

 

salon-mac-paris-PB288932PB288940salon-mac-paris-PB288944

salon-mac-paris-PB288932PB288934

 

salon-mac-paris-PB288946

salon-mac-paris-PB288936

 

Ne vous fiez surtout pas à l’aspect photographique de ces images car le peintre Raoul Scipioni-Guenancia n’est pas dénué d’humour. Que ce soit dans sa démarche artistique autant que dans l’ensemble de son travail, rien ne vous laisse de marbre. A première vue, nous sommes confrontés à ce qui pourrait apparaître comme des œuvres figuratives très classiques. Pourtant la réalisation plastique très pointue et les références précises de ces scènes en font des pièces aussi nobles que toutes celles que j’ai déjà pu vous présenter ici. J’ai fait un test intéressant avec ces tableaux. Je les ai posté sur Instagram avec d’autres pour voir quelles seraient les réactions des internautes en les voyant. En l’espace de quelques heures, on me demandait déjà le nom de l’artiste… Grâce à l’art, certains messages traversent les frontières mais, ça, vous le saviez déjà.

 

salon-mac-paris-PB288932PB288951 salon-mac-paris-PB288932PB288956

 

Le travail de Frank-Emmanuel Rannou m’a interpellé dans la mesure où je l’ai trouvé assez proche de cette peinture américaine qui fait le bonheur des collectionneurs outre atlantique. Ces portraits peints dans un style très reconnaissable amènent une touche de modernité aussi bien dans leurs poses que dans le traitement de la peinture. Le format et la volonté de les présenter comme des recherches sont en cohérence avec le dépouillement de l’œuvre qui ne tient que sur des protagonistes qui nous fixent comme dans une séance de pose. Avec la nuance ici que les femmes pourraient être notre voisine, notre compagne ou une personne que vous pourriez croiser dans la rue. Cette impression de proximité renforce notre envie de nous approcher et nous capte assez longtemps pour apprécier les toiles présentées.

 

salon-mac-paris-PB288927

salon-mac-paris-PB288919

salon-mac-paris-PB288932PB288921

salon-mac-paris-PB288932PB288923

salon-mac-paris-PB288932PB288925

 

En rencontrant Duong Le Thai, je dois avouer que je ne m’attendais pas à une telle bouffée d’air frais. Il faut dire que j’avais déjà vu tellement d’artistes durant cette période que je ne savais même plus comment je m’appelais. Plus sérieusement, son œuvre était tout simplement la plus originale qu’il m’ait été donné de voir en salon depuis bien longtemps. Au-delà de l’aspect visuel de l’ensemble de son travail c’est une technique surprenante qui prend forme sous nos yeux, amenant autant d’interrogations que d’interprétations possibles. Que ce soit en peinture ou en sculpture, il y a une véritable recherche qui se devine aisément face à une telle production. Le lien entre toutes les œuvres, qu’elles soient sous la forme des tableaux ou de sculptures, cela nous conforte dans l’idée que l’artiste cherche avant tout à mettre en place une identité esthétique très forte. Le choix des matières, le choix des figures sont autant de pistes à explorer que de questionnements pour le spectateur. Avec cette tête par exemple, on a l’impression de voir tout un système nerveux qui se matérialiserait pour représenter la forme globale de la sculpture.

 

PB288868

 

Cet homme en équilibre est lui aussi une très belle pièce. Suspendue comme en lévitation, sa structure aussi complexe que le reste des autres œuvres parvient à nous intriguer autant par un processus de création que par l’objectif de l’artiste. En fait, que les choses soient claires, à lui seul cet artiste a justifié ma venue dans ce salon qui m’amène toujours à rencontrer des personnalités talentueuses et surprenantes. Comme quoi, on ne le dira pas assez mais la sélection fait le salon. Les organisateurs peuvent se féliciter une fois de plus d’avoir réussi à mettre en avant un artiste qui n’a pas fini de faire parler de lui.

 

PB288883

PB288871

PB288876

 

Si parfois la pose est classique comme la femme se tenant debout, le traitement de celle-ci accroche le regard et pourrait amener à croire que seul le choix de la surprise aurait pu guider l’artiste. Mais il n’en est rien puisque celui-ci m’assure que tout ceci est une étape dans son long processus de recherche. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder attentivement ses toiles pour voir le cheminement et la progression qui lui ont permis de s’émanciper de la toile pour aller vers une matière plus tangible et malléable.

 

salon-mac-paris-PB288899

PB288880

 

Le salon Mac Paris 2014 a, une fois de plus, rempli son contrat et nous a apporté plus d’un artiste à suivre. J’ai la sensation que la prochaine édition sera certainement encore plus riche, et qu’elle permettra à de nombreux auteurs de trouver leur public. Pour ma part, ma sélection faite, je regarderai avec plus d’attention les artistes que j’ai évoqués ici. Et j’espère qu’ils m’offriront de belles surprises dans les mois à venir, afin que je puisse les partager avec vous.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

10 commentaires sur “Salon Mac Paris 2014

  • LE THAI Duong

    Merci Antoine,
    C’est bien la première fois qu’on parle de moi comme ça …
    Je suis déjà heureux que mon travail soit apprécié mais en plus par un connaisseur comme toi …
    Tes billets sont de véritables pépites, à savourer le soir.

    On est beaucoup a te suivre, continues a nous enchanter!

    Duong

    • Antoine Titus Auteur du billet

      Tout le plaisir était pour moi, ces sculptures et surtout cette tête, j’en rêve encore… Je savais en voyant ton travail que de belles choses t’attendaient. Le plongeon en bleu, aussi, était une pièce magnifique. Si elle encombre ton atelier, il y a de la place chez moi 😉 Plus sérieusement, nous aurons l’occasion de nous parler à nouveau dans de prochains événements. Restons en contact et merci pour ton message.

  • Tatiana Samoïlova

    Merci Antoine pour cet article et pour l’attention à mon travail. J’ai été touchée.
    J’ai beaucoup apprécié ton analyse et ton regard de critique d’art.
    Au plaisir de découvrir les autres événements à travers ton blog!

    Tatiana.

    • Antoine Titus Auteur du billet

      De rien Tatiana, ce fut un vrai plaisir et une vraie rencontre artistique de qualité. N’hésite pas à me tenir au courant de tes prochains passages dans la capitale. Nous pourrons alors discuter à nouveau autour de tes créations.

    • Antoine Titus Auteur du billet

      Merci pour vos mots :-), mais n’oublions pas que le plus gros du travail est effectué par les responsables du salon qui sélectionnent les artistes. Je ne fais qu’appliquer un nouveau tri parmi de nombreux talents qui n’ont pas besoin de mes mots pour reconnaître leur valeur.

    • Antoine Titus Auteur du billet

      Merci, le salon Mac n’est jamais décevant et si ça ne tenait qu’à moi, j’y installerais un stand autant pour mes œuvres que pour interviewer certains auteurs. Mais bon, cela est déjà un autre travail. Qui sait, dans l’avenir, peut-être ?

    • Antoine Titus Auteur du billet

      Merci Anne Marie, n’hésitez pas à consulter les archives pour découvrir d’autres artistes tout autant talentueux. 😉