L’intuition et l’acte créatif 4


intuition-web© copyright image : Antoine Titus 

 

Si vous avez pour objectif d’évoluer dans le monde des arts, il faut avant tout avoir les bons outils. Dans la plupart des cas cela passe par une discipline parfaitement maîtrisée, une culture assez étendue pour se mettre à l’abri de créations stériles, et surtout une excellente connaissance de soi afin de pouvoir créer dans les meilleures conditions. Ceci dit, nous appréhendons le monde qui nous entoure grâce à des systèmes de pensée et de réflexion typiquement occidentaux. Ceux-ci sont les héritages légués par les « pères fondateurs » des sciences des arts et des lettres. Une pomme tombe, on la ramasse, et la majorité d’entre nous comprend que c’est par un phénomène de gravité qu’elle est tombée. L’évidence est telle que personne ne s’en étonne. On pourrait parler de la même manière de la poussée d’Archimède et de toutes les expériences qui nous permettent de construire notre sens logique, et par extension notre perception du monde.

 

Nos croyances, notre foi nous sont inculquées par un système éducatif qui dans le même temps se construit avec notre sens logique. C’est en général lors de cette synthèse que l’intuition devient, en fonction de l’éducation de chacun, une réalité ou un fantasme. Ainsi l’intuition, pour bon nombre d’entre nous, est une forme de culture ésotérique. Autrement dit pour les non initiés (ou hermétiques à cette discipline) elle peut apparaître comme une pratique équivalente à la voyance.  Pourtant, pour beaucoup de créateurs, l’intuition n’est pas une fantaisie ou une manière de gagner de l’argent avec un jeu de cartes. Celle-ci fait appel à des sens clairement définis dans certains cas de figure comme l’odorat, la vue, le goût voire le toucher.

 

Si vous êtes dans une ville étrangère et que vous devez vous aventurer dans une ruelle que vous ne connaissez pas, vos sens se mettront alors en éveil. Vous allez, inconsciemment ou non, sentir la rue car des mauvaises odeurs signifient, en général, qu’elle n’est pas entretenue. Par la suite, vous allez observer les lieux et constater si les façades sont claires et propres. Enfin, vous chercherez à entendre si des sons domestiques ou festifs s’échappent de celle-ci. En clair, vous allez activer l’ensemble de vos sens et être à l’écoute de votre corps afin qu’il vous vienne en aide pour prendre une décision. Grâce aux informations concrètes que vous avez récoltées, vous prendrez alors l’initiative de rentrer ou non dans la fameuse rue.

  

A quel moment se manifeste l’intuition créatrice ?

 

L’intuition dans le domaine des arts intervient si souvent qu’on préfère la rationaliser avec des techniques artistiques comme l’équilibre des masses colorées ou la composition d’une scène. Au-delà de la connaissance et de la maîtrise d’une pratique artistique, il y a toujours ces moments où, inconsciemment, l’intuition guide le geste et fait fi de toutes formes de méthodes pour mettre en évidence tout ce qui n’est pas forcément quantifiable, comme la charge émotionnelle qui peut nous guider quand on dessine, ou encore les sensations accumulées au cours d’une journée et qui finalement se libèrent par un jeu subtil de couleurs. Dans une équation complexe mêlant l’intellect et l’émotionnel, l’intuition tient une place aussi importante que l’habileté et l’identité artistique.

 

En ce qui me concerne, je pense qu’elle s’établit dans une chaîne d’événements qui est relative au contexte dans lequel nous la mettons en pratique. On peut facilement comprendre que l’intuition d’un sportif n’a pas forcément la même mécanique que celle d’un pilote automobile ou d’un artiste. Certains facteurs physiques, comme la fatigue ou au contraire une montée d’adrénaline, peuvent influer sur le niveau d’intensité de la force intuitive. Pour cela il suffit d’observer comment notre corps réagit quand il s’agit de mettre sa vie en jeu, ou lorsque la réussite d’un concours peut changer le cours de notre vie. Voilà des événements où l’intuition se manifeste sans que l’on mette en doute son existence.

 

L’intuition instinctive est présente en chacun de nous

 

Prenons l’exemple d’un footballeur qui doit en permanence faire preuve d’intuition pour anticiper à la fois le mouvement de ses adversaires et celui de ses coéquipiers. Nous comprendrons aisément que les sens qu’il met en exergue pour se guider et avoir une bonne lecture du terrain ne seront pas les mêmes qu’un pompier face à une situation mortelle. Je crois que beaucoup trop de formateurs résument les capacités intuitives à votre habileté à deviner le derrière des cartes, alors que tenter d’évaluer une personne sur un schéma plus proche d’un épisode « d’X-files » plutôt que sur un questionnement sur son histoire personnelle est à mon humble avis une erreur. Posez-vous cette question :

 

A quel moment dans ma vie j’ai fait preuve d’une forte intuition qui s’est avérée juste ?

 

Essayez par la suite d’identifier l’ensemble des paramètres qui vous ont conduit à ne pas vous tromper. Vous remarquerez alors à quel genre d’intuition vous êtes le plus sensible.  Une mère (ou un père) de famille développera son intuition instinctive en observant le comportement de ses enfants et en étant attentive(if) à leur état de santé. Un trader sera capable avec la même approche de lire et traiter de nombreux résultats chiffrés pour anticiper et prendre la décision la plus juste à un instant précis. Dans un précédent billet intitulé : Observez le monde dans lequel vous vivez, j’avais évoqué l’importance d’être le témoin de son époque. L’intuition, elle, se nourrit de l’ensemble de vos connaissances justement acquises par ce biais. Elle interpelle l’ensemble de votre être en exploitant tous vos sens. Elle vous guide pour ne plus être un témoin de votre époque, mais un acteur impliqué qui cherche à bousculer les choses, quitte à aller dans le sens contraire des autres.

 

Si vous n’êtes pas convaincu par ce raisonnement, analysez les plus grandes réussites et les plus grandes découvertes. Elles sont souvent obtenues soit par hasard (on parle alors de serendipité) soit par la force d’un génie pur. Du moins c’est ce que l’on nous enseigne durant notre scolarité au travers d’exemples précis. Mais ce qui guide l’ingénieur, le chimiste ou l’artiste dans une direction passe aussi par une dimension où la part intellectuelle diminue pour laisser plus de place à l’émotionnel. Et c’est à ce moment là que le génie s’opère justement parce que la logique est mise de coté pour que l’intuition s’épanouisse.

 

Faite l’expérience autour de vous et demandez à votre entourage de définir l’intuition.  Observez par la suite combien d’entre eux confond cette qualité avec la voyance. Alors que de nombreux corps de métiers font preuve d’intuition consciemment ou non, cette pratique est souvent réduite à la croyance populaire qui vous ferait passer pour une sorte d’Oracle. Croire qu’il n’existe qu’une seule forme d’intuition serait tellement réducteur, qu’il en serait de même de croire qu’il n’y a qu’un seul océan.

 

L’intuition créatrice guide beaucoup d’innovateurs

 

Quand un responsable de projet se bat pour faire vivre une idée à laquelle personne ne croit et qu’il finit par embrasser le succès, il ne viendrait à personne l’idée de lui indiquer que c’était un coup de chance. En cherchant à le justifier avec des études de marché et des paramètres sociaux culturels, avoir envie d’aller jusqu’au bout d’une action professionnelle à l’encontre des décisions de ses responsables, c’est aussi bien faire preuve de courage que d’écoute de tous ses sens. Quand l’ensemble de vos sens vous indique que vous êtes sur la bonne direction, c’est un peu comme une sirène qui deviendrait de plus en plus forte et qui vous indiquerait qu’il n’y a d’autres choix que de l’entendre. Dans la vie courante on exprime souvent une idée en disant :

  

« J’ai l’intuition que quelque chose va mal »

 

C’est souvent un ressenti physique, comme une gêne. Cette impression a des fondements logiques surtout dans certains moments particuliers. Si vous aviez l’habitude d’entendre une personne et que ce n’est plus le cas, le sentiment d’inquiétude va s’immiscer dans la chaine de l’intuition. Il va se nourrir d’informations sur les raisons d’une absence, d’un retard ou autre. A la fin de la chaîne, une sensation forte ressortira et guidera votre action afin de prendre votre combiné pour passer un coup de fil. Cet acte sera la conséquence logique de votre réflexion menée par votre intuition.

 

L’intuition inspirante est aussi connue des artistes qui embrassent

pendant un temps une créativité intense et soutenue.

 

Ce moment est déjà arrivé pour beaucoup d’entre nous. Une situation traumatisante ou un refoulement profond d’une pratique artistique vous éloigne un temps de tout acte créatif. Puis, vient le déclic : une discussion, une rencontre (une muse par exemple) ou tout autre élément susceptible de relancer la machine. Et vous voilà peignant, dansant, exprimant ce pour quoi vous semblez être fait. C’est ce que l’on appelle l’intuition inspirante, c’est une forme de libération du corps qui emmagasinait un flot trop important d’informations alors que celles-ci ne demandaient qu’à être libérées. De nombreux professionnels du design connaissent cet état qui se manifeste souvent par une production de dessins hors norme et dont l’issue est souvent bénéfique. Pour exemple, le designer à l’origine du concept car GT Citroën a révélé au cours d’une interview son rythme de production lors de la phase de recherche de ce projet. Ce qui est frappant c’est qu’il avoue lui même ne jamais avoir autant dessiné puisqu’il a été capable de gérer deux projets de front et qu’il a livré à Citroën l’un de leur plus beaux prototypes.

 

L’intuition n’est pas une science réservée aux néo-hippies en mal de sensations fortes ou nostalgiques du Power Flower. Elle guide mentalement et physiquement bon nombre de créateurs et s’infiltre dans toutes les parties de votre cerveau, jusqu’à nourrir des rêves qui eux aussi à leur tour deviennent des moteurs d’innovation.

 

Pour ce qui est du chapitre sur comment développer sa créativité avec ses rêves, je vous invite à faire preuve de patience et à surveiller mes prochaines publications. Je reviendrai plus tard sur ce sujet, et nous verrons ensemble les différents processus qui vous permettront de les traiter et d’en tirer des idées. En attendant, voici quelques méthodes qui vous permettront d’explorer votre potentiel intuitif :

 

zen© copyright image : Antoine Titus 

 

 

1 – Observez , encore et encore

 

Je le répète depuis le début mais l’observation est à la base de beaucoup de choses. En ce qui concerne l’intuition, l’exercice de la réflexion poussée est assez simple à mettre en pratique. Elle consiste à choisir un thème et à effectuer des recherches approfondies dessus. En croisant des idées philosophiques et différentes sources informatives, vous développerez votre opinion plus engagée sur un sujet précis. C’est un peu comme de s’accorder le temps d’aller plus loin que la surface d’une thématique. A titre d’exemple, on parle souvent d’écologie et les véhicules électriques sont à la mode. Mais d’où viennent les batteries et qu’en est-il de leur conditionnement lorsqu’elles arrivent en fin de vie ? Vous voyez comment, en une seule question, un type de véhicule n’est plus aussi « vert » qu’il n’y paraît. A vous de bien choisir vos thématiques et vous verrez que dans le temps vos recherches se nourriront aussi de sensations et vous n’aurez plus aucun mal à vous projeter dans l’avenir.

 

2 – Mettez votre corps à l’épreuve et relaxez-vous

 

Si vous êtes un adepte du sport, vous savez qu’après une activité physique intense l’état dans lequel vous êtes par la suite vous rend plus apte à vous relâcher. Si certains d’entre vous sont capable de le faire sans difficulté, je ne peux que conseiller aux autres de pratiquer un sport. Dans la phase ascendante votre cerveau fera le ménage et éloignera vos idées et réflexions. Dans la phase descendante vous serez plus à même d’atteindre un état de repos et de relaxation totale. Vos idées reviendront sous une autre forme et peut-être même réorganisées différemment. Si vous possédez votre propre méthode de relaxation, utilisez-la à bon escient, et offrez-vous un moment de bien-être afin que votre corps vous envoie de nouveaux signaux et éveille en vous des idées, des envies ou un comportement inattendu. Par expérience, après une activité sportive intense, les heures qui suivent me permettent d’être plus réceptif à des nouveaux sujets ou des idées récurrentes. Qu’en sera-t-il pour vous ?

 

3 – Trouvez votre espace de sérénité le temps d’un week-end

 

Votre espace de quiétude n’est pas forcément celui que l’on vous conseillera. Pour beaucoup, il est question d’être en contact avec la nature. Beaucoup vous indiqueront de vous rendre dans la première forêt à proximité de chez vous. Je vous dirais plutôt d’identifier et d’apprendre à reconnaître l’endroit dans lequel vos sens sont comme perturbés. Eloignez-vous de votre environnement habituel et accordez-vous des retraites où le bruit et toutes sources de stress sont absents. On emploie souvent le terme de recharger ses batteries pour lutter contre la fatigue. La réalité c’est qu’effectivement une grande ville peut agir aussi bien comme une barrière pour certains ou comme une autoroute pour d’autres. A vous de trouver l’environnement adéquat à votre enrichissement personnel. Pour cela testez des zones géographiques en dehors des clichés touristiques. Vous serez surpris de voir où votre potentiel intuitif est le plus grand.

 

4 – Apprenez à écouter vos émotions

 

Un film, un livre, un objet, une musique, un lieu… essayez de reconnaître les choses qui vous touchent profondément. En clair, comme vous l’aurez compris, explorez d’autres voies afin de nourrir votre imaginaire. Décloisonnez-vous en cherchant à mieux vous connaître. Avec le temps, on se persuade que nos goûts sont figés car nous ne faisons pas l’effort d’embrasser d’autres formes de vecteurs culturels. Nul besoin de prendre des substances illicites pour accéder à un autre niveau de vision. En se penchant sur des rythmes, des odeurs, des images qui nous étaient inconnus, on se confronte à un monde déjà différent de celui dans lequel nous évoluons. Imaginer à quoi peuvent servir certains objets ou la vie de certaines ethnies rien qu’en observant leurs coutumes, c’est déjà un premier pas vers le développement de son potentiel intuitif. Faites l’essai ne serait-ce que dans une brocante. Approchez-vous d’anciens outils, d’objets curieux ou d’anciens mécanismes et réfléchissez à leur fonctionnalité. Vous serez les premiers surpris, en appliquant ce simple exercice, de votre capacité à entrevoir l’imperceptible au premier coup d’œil.

 

Enfin, entendons-nous bien, je ne suis pas l’apôtre d’une méthode ou d’une philosophie qui prône que l’intuition est mère de toute création sur terre. Ce billet se veut avant tout comme une piqûre de rappel pour bon nombre de créateurs, afin de leur rappeler qu’ils ne doivent jamais sous-estimer les sensations réelles et induites pendant l’acte créatif. A vous maintenant d’évaluer, de mesurer et de développer votre potentiel intuitif. Accordez-vous la possibilité d’être réceptif à votre part émotionnelle et sensitive. Et n’oubliez pas que lorsqu’une idée s’accompagne d’une sensation de manière cyclique, c’est que peut-être votre intuition frappe à la porte et vous somme de l’écouter.

 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

4 commentaires sur “L’intuition et l’acte créatif