Exposition Junzô Sakakura à la Maison de la Culture du Japon


exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277861

 

Junzô Sakakura – Une architecture pour l’homme

 

Junzô Sakakura est le premier architecte japonais qui fut célébré par un prix international. Reconnu pour son travail sur le pavillon japonais de l’exposition internationale de 1937, il est aussi avant tout le précurseur de l’architecture moderne au Japon. Bien que peu connu dans nos contrées, il a pourtant influencé bon nombre d’architectes dans son pays. Et surtout, il a pérennisé et adapté des principes fondamentaux d’architecture, appris durant son passage en France dans l’atelier parisien de l’architecte Le Corbusier.

 

155532-4-colsaka02source image : fondation Le Corbusier

 

Avant de vous exposer ses travaux, il faut reconnaître que l’on ne mesure jamais assez l’importance d’un architecte et surtout son influence. Que ce soit au sein d’une ville ou dans le parcours professionnel d’une génération, il y a des architectes qui marquent et laissent une empreinte indélébile. Le Corbusier (Charles-Édouard Jeanneret-Gris de son vrai nom) que l’on ne présente plus est l’un de ceux-là. Prolifique et reconnu à travers le monde, son aura a poussé Junzô Sakakura à tout faire pour réussir à travailler dans son atelier. Deux ans après son arrivée sur Paris, Junzô Sakakura parviendra à faire partie de ces professionnels qui ont gravité dans la sphère créatrice du Corbusier. Durant son passage en France, il ne sera pas un disciple sous une influence unique. Il aura la chance de pouvoir côtoyer d’autres personnalités reconnues de l’époque. Charlotte Perriand et Pierre Jeanneret feront partie de ces grands noms qui influenceront aussi son futur travail d’architecte.

 

junzo-sakakura-et-charlotte-perriand-une-architecture-pour-lhomme-junzo-sakakura-a-la-maison-de-la-culture-du-japon-a-paris-csakakura-associates-architects-and-engineers-1024x739source image : Agence nationale japonaise des affaires culturelles

 

Jusqu’au 8 juillet, la maison de la culture du Japon vous propose une exposition complète sur l’architecte japonais avec des maquettes, du mobilier, des plans et divers documents. Grâce à ce travail de fond, on comprendra comment les grandes théories « corbuséennes » ont réussi à fusionner avec la culture traditionnelle japonaise. Le Japon n’est pas connu pour être un pays extrêmement perméable aux cultures étrangères. Il est donc intéressant de voir comment une philosophie d’urbanisme occidentale s’est insérée pendant un temps dans un paysage architectural asiatique.

 

Pour comprendre l’influence d’un architecte comme Le Corbusier, un petit rappel s’impose. Il visualisait la modernité en architecture suivant 5 points :

_ Les pilotis
_ Le toit-terrasse
_ Le plan libre
_ La fenêtre-bandeau
_ La façade libre

 

Vous retrouverez toujours ces éléments dans le travail de Junzô Sakakura, avec une nuance de taille :  la part de l’homme. N’allez pas croire que personne ne prenait en compte le facteur humain durant cette époque. Disons pour faire simple et court qu’il s’est donné pour axe de réflexion de créer des bâtiments aussi bien fonctionnels sur le plan architectural qu’adaptés à la population envers qui ils étaient destinés. Ceux qui connaissent les travaux du Corbusier par exemple, savent que ses projets pour le centre de Paris (le plan Voisin) ont notamment vu les limites de ses théories. En positionnant l’homme au centre de sa démarche et en adaptant chaque projet à son environnement, Junzô Sakakura a su se démarquer des autres qui adaptaient des principes à la lettre. Ainsi, il a proposé au Japon des bâtiments plus proches de l’humain et moins « utopiques » que ceux de son maître à penser.

 

Si vous ne connaissez pas la salle d’exposition de la maison de la culture du Japon, sachez qu’elle est assez grande pour exposer confortablement n’importe quel type d’auteur. La scénographie assez classique proposait des dessins, des plans et quelques images entrecoupées de panneaux de présentation. Tous les textes sont disponibles en trois langues dans un guide remis gratuitement à l’entrée de la salle. Tout a été pensé pour rendre le travail de l’architecte le plus accessible. Alors même si vous n’y connaissez rien à l’architecture, vous n’aurez aucun mal à vous intéresser à ce parcours atypique d’un architecte japonais venu s’initier un temps en France.

 

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277824

 

L’état et la couleur des plans trahissent leur âge. Ils n’en restent pas moins de bons indicateurs quant à la maîtrise et au talent de Sakakura. Comme vous pouvez le voir ci-dessous, chaque plan s’accompagne de son texte et de quelques images. L’éclectisme de l’architecte se remarquera au fur et à mesure de la visite qui se jalonnera de différents projets.

 
exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277689

Premier projet confié à Sakakura dans l’atelier du Corbusier, le palais des Soviets.

 

Pavillon du Japon

 

L’espace dédié au Pavillon du Japon de l’exposition de 1937 vous permettra de comprendre pourquoi et comment l’architecte a obtenu sa reconnaissance internationale. A la lecture des plans et à l’aide de la maquette, on pouvait déjà voir comment la fusion entre le style moderne et le style japonais allait donner à terme la direction à suivre pour Sakakura.

 
exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277720

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277730La maquette du projet était d’une telle qualité de finition qu’elle méritait que l’on s’y attarde pour en faire le tour.

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277833

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277737

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277743

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277741

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277746

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277843-(1)Une image du pavillon à l’époque

900x720_2049_5063source image : fondation Le Corbusier

 

Ne soyez pas surpris par la qualité de l’image et des plans. N’oubliez pas qu’une faible luminosité et l’ancienneté des plans ne participent pas à leur lecture sur un si petit format. Gardez à l’esprit que je vous délivre avant tout ces images pour vous donner une ambiance et un aperçu général de l’exposition.

 
exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277785
 

Musée d’art moderne à Kamakura

 

Il n’est pas difficile de voir l’influence des concepts du Corbusier, que ce soit avec le musée à croissance illimitée ou encore la Villa Savoye. La simplicité de la forme, l’ouverture centrale, la présence de larges surfaces vitrées et enfin les piliers qui jalonnent le tour du bâtiment… le tout posé dans un environnement naturel avec la présence d’un lac pour parfaire le portrait de l’un des bâtiments les plus emblématiques de l’architecte. L’un des plus connus à l’international de Sakakura et qui symbolise aux yeux de beaucoup l’un des meilleurs exemples de la fusion des styles moderne et japonais.

 

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277779

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277768

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277758

Le bâtiment est toujours visible aujourd’hui. Voici une photo du projet sur place.

The_Museum_of_Modern_Art_Kamakura_2009copyright image wiiii

 
exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277783

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277748

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277788

 

Taureau XIV, rideau de scène du théâtre Bunka Kaikan à Tokyo.

 

De nombreux projets sont présentés et celui-ci montre comment Le Corbusier a travaillé sur un immense rideau qui utilisait la technique de tissage traditionnel de Nishijin. Une reproduction a été réalisée et exposée en l’honneur de la relation entre Sakakura et son mentor.

 

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277806

Échantillons de laine du rideau de théâtre

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277809

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277803

 

Mobilier

 

L’influence du Corbusier (avec son ouvrage : l’art décoratif d’aujourd’hui) et de Charlotte Perriand s’est ressentie aussi dans les travaux en mobilier de Sakakura. Cependant, il a su comme en architecture intégrer sa propre culture japonaise. Et c’est ainsi que dans les processus de réflexion et de conception des meubles, on retrouve des points chers au créateur. Adaptant son expérience aux traditions et aux pratiques des habitants de l’archipel, il délivrera une réponse plus encline à correspondre au peuple japonais.

 

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277811

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277819

 

Pour mesurer comment l’influence de Sakakura s’est développée à travers le temps dans l’urbanisme japonais, deux grands dessins étaient disposés en fin de parcours. Ils représentaient le quartier de Shibuya en 1963 et en 2011. Si l’évolution naturelle du quartier se remarque assez facilement, ce qu’il faut noter c’est la densification des rues piétonnes qui se sont multipliées, qualifiées par l’architecte « d’arcades ». Aujourd’hui, ce quartier est devenu l’un des plus grands ensembles piétonniers du monde avec plus de 3 millions de personnes qui l’utilisent quotidiennement. Le texte de présentation faisait état de la perte d’une identité japonaise au profit de la croissance économique. A croire que même au Japon la densification urbaine n’est pas synonyme de progrès pour tous.

 

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277852

exposition-Junzo-Sakakura-maison-de-la-culture-du-japon-2017-P5277855

 

Cette exposition est intéressante à plus d’un titre. Vous allez pouvoir découvrir une relation maître/disciple dans le domaine architectural, ce qui est assez rare dans le cadre d’une exposition. Des documents comme la lettre manuscrite de Junzô Sakakura et bien entendu les plans des projets sont tout aussi intéressants. Les maquettes et objets de mobilier vous offriront plus de détails sur les capacités de l’architecte. En conclusion, une exposition assez dense pour vous faire passer un bon moment, pour peu que vous soyez intéressé par l’architecture. Les bâtiments du Corbusier obtiennent des classements au patrimoine de manière progressive. Cette exposition tend à rappeler qu’il serait bon de voir comment au travers d’autres cultures les théories du Corbusier ont influencé des patrimoines étrangers. Et comment d’autres architectes ont intégré leur richesse culturelle pour réussir à s’émanciper des théories urbanistiques.

 

Maison de la Culture du Japon
Salle d’exposition (niveau 2) jusqu’au 8 juillet 2017
Entrée libre
Mardi-samedi > 12h-20h
Fermé les jours fériés

 

Related posts:

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.